Clara Luciani atteinte d’un problème neurologique ?

Clara Luciani atteinte d’un problème neurologique ?

Comme beaucoup de ses sœurs, Clara Luciani a eu du mal à atteindre la célébrité et le succès. Pire encore, elle a souvent été rabaissée par sa simple existence de femme, ce qui l’a beaucoup dérangé. Dans Seven to Eight, elle revient sur la remarque d’un spectacle en plein concert : « Il y a un gars au premier rang qui crie : ‘Ah celui-là, ils ne l’ont pas pris pour sa voix’ ». La chanteuse se sent moins sensible à ce sexisme aujourd’hui. Mais à ses débuts, il était très présent :

« Je l’ai ressenti davantage, pour être tout à fait honnête, quand j’ai commencé. J’ai eu la chance de ne pas subir de harcèlement ou quoi que ce soit. D’un autre côté, je me suis déjà souvent senti sous-estimé. Sensation trop désagréable. » Ces remarques, elle en est certaine, viennent uniquement du fait qu’elle était une femme, pas seulement parce qu’elle commençait tout juste dans l’entreprise : « J’ai senti que c’était vraiment lié à ça » et non pour être un débutant ». Elle donne un exemple de comportement : « Je montais sur scène. Je réglais mes pédales et ma guitare et les gens me montraient comment tout brancher quand je le savais. Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres. »

A découvrir également : Comment soigner une personne atteinte d'Alzheimer ?

Clara Luciani est malade, confie-t-elle

Invitée à l’émission Le QG, la chanteuse s’est sentie suffisamment à l’aise pour parler d’une maladie neurologique dont elle souffre. C’est Guillaume Pley, sans doute la permission du chanteur, qui a posé une question pour démarrer le sujet : Lorsque nous avons appelé pour préparer le spectacle, vous m’avez parlé de secousses. D’où vient-il à partir de ? ».

Clara Luciani en a profité pour en savoir plus sur ses fameux tremblements, et surtout leur origine : « C’est accentué par le stress, mais c’est une sorte de maladie neurologique, ça s’appelle des tremblements essentiels. J’aime bien en parler parce que parfois, dans la vie, nous commençons avec de petits handicaps et j’aime l’idée que nous pouvons toujours trouver des solutions et je pense que ces tremblements en sont un bon exemple. Par exemple, j’adore dessiner et j’ai appris à me stabiliser. Sur scène, c’est pareil, j’ai un micro avec un fil pour stabiliser mes mains. Je sais, mes proches le savent, mais je pense que personne dans le public ne remarquera jamais cette chose. Et en fait, la dernière fois que j’en ai parlé, j’avais beaucoup de messages sur Insta parce qu’il y a beaucoup de jeunes qui ont ce truc.

A lire en complément : Comment coucher son enfant ?

Une maladie peu connue

Le tremblement essentiel (ET) est un trouble du mouvement qui touche généralement les mains (c’est le cas du chanteur) mais qui peut également affecter la tête, la voix et les jambes. C’est une maladie qui peut être difficile à gérer et qui peut détériorer la qualité de vie. En France, cette maladie touche 300 000 personnes, mais reste encore méconnue du grand public.

La génétique est généralement impliquée puisque dans 60 % des cas, les autres membres de la famille sont affectés par ces mêmes symptômes. Et puisque Clara Luciani mène une vie que l’on imagine stressante, avec ces nombreux voyages, ces concerts devant des milliers de personnes, on imagine qu’elle a parfois du mal à gérer. La fatigue est également un facteur aggravant. Toutefois, la vie d’un artiste n’est pas des plus relaxantes qui soient.

La maladie peut évoluer et toucher d’autres parties du corps, mais cette évolution n’est pas toujours systématique. Malheureusement, il n’existe aucun traitement spécifique pour cette maladie. Les neurologues peuvent prescrire différents médicaments qui peuvent être efficaces, mais ne s’y consacrent pas. Il est également possible de subir une opération : stimulation cérébrale. C’est le fait d’implanter dans le cerveau deux électrodes qui envoient des impulsions électriques seize heures par jour pour calmer ces symptômes. Mais le repos, la détente et la pratique du sport sont des moyens naturels de soulager les symptômes, lorsqu’ils ne sont pas trop invalidants, bien entendu.